La logique de l'écriture

Médiations



vent

Pérégrinations :

PÉRÉGRINATION n.f. d'abord écrit peregrinacium (v. 1120), est emprunté au latin peregrinatio, -onis qui désigne un voyage ou un séjour à l'étranger et spécialement, en latin chrétien, la vie terrestre considérée par métaphore comme un voyage loin du ciel [...] (Le Robert Dictionnaire historique de la langue française)

Métaphores : Notre « vision du monde » s’était affinée. Affinée et enrichie. Nous savions à présent reconnaitre et admettre la contradiction. Ce qui, auparavant, était pour nous « contrariété » avait disparu. Le sens était contresens, sens et contresens, sens ou contresens, conjonction et/ou disjonction... Oui et non. Oui mais non. Les oppositions, à l’exemple du « Vide et Plein » (*) étaient devenues des couples en action, un potentiel et l’indication d’un mouvement. La contrariété n’avait pas disparu, elle avait pris une autre forme et là encore, nous utilisions les mots, le langage mis à notre disposition par le professeur Joël Bellassen : ce qui avait changé était « Le statut de la métaphore » (*). Elle n’était plus « une simple image passagère ». Elle s’interposait comme « partie prenante de la signification ».

Oui et non. Oui mais non. Nous étions là encore, là aussi, dans l’entre-deux mais dans un entre–deux plus confortable, voulu, pensé, choisi. Peu importait le signe (ou l'absence de signe) pour cette bascule, cette balance du pensée-signe-vie. Emanuele Banfi et Marie-Dominique Popelard nous avaient appris à jouer avec ce vide et ce plein de l’entre-deux, ce « ou vice-versa » du couple pensée/langage ou/et oral/écrit (*). Le vide de « l’entre deux » était devenu un espace médian, celui de la recherche. Nous voulions qu’il devienne aussi celui du souffle, cette « brèche ouverte dans l’espace » cet « entre » entités vivantes (*) des poèmes de François Cheng...

Le dispositif : Devant nous un livre, un titre : « La propension des choses » sous-titré : « Pour une histoire de l’efficacité en Chine ». Le souffle était là. François Jullien, à sa façon, nous l’indiquait, nous proposait de le voir (de le redécouvrir ?) à travers (... au cœur du... ? ... dans... ?) le dispositif... En première page, en « Introduction », en première(s) ligne(s) :

D’un côté, nous pensons la disposition des choses - condition, configuration, structure ; de l’autre, ce qui est force et mouvement. Le statique d’une part, le dynamique de l’autre. [...]

En bas de page cette question ...

[...] comment penser le dynamisme au travers même de la disposition ? Ou encore : comment toute situation peut-elle être perçue en même temps comme cours des choses ?

... suivie de cette dernière ligne et du « bas de page » qu'elle annonçait :

II. Un mot chinois (che*) nous servira de guide [...]

grandeurs

et, en tournant cette page ...

grandeurs

Pour Chine-in :

势 --» puissance / influence / pouvoir / tendance / configuration / situation / apparence /

geste / attitude

時 --» temps / heure / souvent / actuel / courant / occasion

... le souffle, l’énergie, la force, le potentiel... et le moment, l'occasion, la puissance : le shi...

Au fil de ces lectures et comme annoncé, la démarche de François Jullien (la recherche d’une pensée à l’œuvre, perçue de l’intérieur (*)) nous permettait de redécouvrir notre langage, notre parole, nos mots. Ainsi :

MOMENT n.m., est emprunté (1119) au latin momentum, issu par contraction de movimentum, dérivé de movere « bouger, se déplacer » (→ mouvoir). Ce nom signifie proprement « mouvement, impulsion, changement » et désigne concrètement le poids qui détermine le mouvement et l’impulsion d’une balance. Par suite, il a pris différents sens, signifiant sur un plan moral « cause qui détermine une action dans un sens, influence, motif » et du fait que le momentum est un poids léger, « point, parcelle, petite division », spécialement dans une acception temporelle. […] (Le Robert Dictionnaire historique de la langue française)

Les choses : L’œuvre de François Jullien était impressionnante, intimidante. De lecture en lecture, nous avions cependant pu constituer quelques points de repère : ce statique/dynamique nous renvoyait à d'autres extraits et à un autre livre : « Penser d’un dehors (la Chine) »... (*)

[...] La physique est la science médiatrice entre la modélisation mathématique et son application aux « choses » [...]

[...] Shi shenme dongxi. C’est du chinois de tous les jours et je dirais cela – qu’est-ce que c’est que cet « est-ouest » ? – en pointant aussi bien cette chaise que vos lunettes, en pointant n’importe quoi, une chose x. A cela près qu’une telle « chose » n’est justement pas une chose ; et c’est là l’essentiel. Car « la chose » est saisie ici comme une relation, née d’une polarité, et celle-ci la met sous tension – celle du « réel » ; d’où découle, ensuite, comme de sa source, du point de vue des idées, la logique chinoise d’un procès des choses par interaction. [...]

[...] À l’épreuve de la Chine, voila qu’il réapparait comme neuf et avec une acuité nouvelle, ce vieux mot de « chose » ... Je voudrais développer. Car s’il y a un mot qui mérite qu’on s’y arrête, mot extrême ou « limite » dans notre langue, et qui ne cesse de déborder la philosophie, c’est bien celui-là. D’ordinaire, on l’utilise pour éviter de dire « ça », et quand les mots provisoirement manquent – pour désigner, ou « catégoriser », malgré tout et faute de mieux, ce qui est encore en attente de son concept, ou ce qui est en panne de concept [...]

... « en attente de son concept ou ce qui est en panne de concept »... nous étions revenus au petit livre, aux mathématiques élémentaires et à cette remarque du professeur chinois (*) :

« […] quand les enfants ne connaissent pas un concept, ils ne l'utilisent simplement pas et ils n'apprennent les caractères pour ce concept que plus tard, quand ils se familiarisent avec lui […] ».

Les « choses », leur disposition, le modèle, la physique, le physique des choses... Apprendre (à-prendre), se familiariser... Une motte de terre, symbole de puissance et d’une position, d’un humain attaché à sa terre... Tout était là...

Arrêt sur image :

La pointe : Aucune parole n'était nécessaire...

balanced

... la position des mains, l’opposition des pouces aux autres doigts amorçait le pli puis le repli de la feuille. La pointe permettait une juxtaposition précise. La facilité avec laquelle les mains et les doigts s'associaient ou se contrariaient pour réaliser chaque « prise en main » et chacun des différents « appuis » nécessaires était fascinante (*).

L’ordinateur permettait les « captures d’écran » et la mise en scène de différents arrêts sur image. Quels noms donner à tous ces « objets », aux différentes « choses » qui pouvaient apparaitre, se détacher les unes des autres à tel ou tel moment ?

taiqi

Deux « choses », deux « formes » étaient connues, reconnues, nommées et différenciées par les enfants : le rectangle et le carré.

balanced


Transformer un rectangle pour réaliser (pour former) un carré était un jeu d’enfant :

terre
enclos
pays

Le regard et la lecture : Aucune parole n'était nécessaire...

Je me souviens... La feuille, le feuillet était tombé, s’était échappé du livre « Espèces d’espaces », se distinguant des autres pages par cette liberté et par un format plus réduit. Il nous fallait nous pencher, le ramasser, le prendre en main, le dresser devant nous :

François Cheng nous invitait à faire de ce vide de l’entre-deux une source, une ressource (*) à interroger ce qui n’était peut-être encore qu’un murmure, l’écho de nos souvenirs...

... par contre, après que chacun ait pu expérimenter cette simple manipulation, cette véritable « prise en main » de l’idée, on pouvait parler, échanger des mots, du vocabulaire...

Le mouvement, cette disposition, cette disponibilité au mouvement, à ce mouvement-, à cette chute... S’échapper, tomber et cette contradiction : cette chute n’était pas celle de l’oubli, en tombant ce feuillet se révélait, se constituait... Le saisir, le dresser devant nous le re-créait. Il devenait une page, il se re-constituait en page, mais en page événement, en page marquée de l'événement...

entredeux

... le ranger, précieusement, pouvoir, savoir le/la retrouver...

Bas de page : Le premier chapitre d’« Espèces d’espaces » était titré et consacré à : « La page ». Parmi les exemples donnés (« Je suscite des blancs, des espaces (sauts dans le sens : discontinuités, passages, transitions. »), cet aveu :

« Je renvoie à une note de bas de page1. [...] » :

__________________
     1. J’aime beaucoup les renvois de bas de page, même si je n'ai
   rien de particulier à y préciser.

C’est par un de ces renvois qu’Emanuele Banfi et Marie-Dominique Popelard avaient attiré notre attention :

« Viviane Alleton 1 le dit dans un article justement intitulé « L’oubli de la langue et l’“invention”de l’écriture chinoise en Europe [...] »

A partir de ce renvoi (1. Alleton,1994), le Web offrait l’accès à cet article, une vingtaine de pages et, en conclusion, cette phrase :

« Ne faut-il pas examiner, au-delà du processus de lecture qui est tout à fait identique en chinois et dans les systèmes alphabétiques, ce qui se passe lorsqu'il y a arrêt sur image, c'est-à-dire quand on fait abstraction du texte pour considérer un caractère isolé ? »

Cette « mise à part » de l’arrêt sur image par l’italique était le nœud, le cœur, la clé... (les métaphores ne manquaient pas) de notre recherche. La référence, le véritable « renvoi » (la charge de la preuve), désignaient la neurobiologie, les « travaux sur la latéralisation cérébrale ». Viviane Alleton la décrivait ainsi :

« Depuis une trentaine d'années, les travaux sur la latéralisation cérébrale semblaient prouver que l'écriture chinoise n'était pas traitée par le même lobe cérébral que les écritures alphabétiques : celles-ci paraissaient être du ressort du côté gauche du cerveau, alors que l'écriture chinoise semblait contrôlée, comme les images, par le côté droit. Tout récemment, des équipes sino-américaines ont découvert que c'était à la fois vrai et faux : la distinction existe bien si l'on présente au sujet un caractère isolé, mais dès lors qu'il y a un texte, même minimal, le traitement se fait du côté gauche, comme pour les écritures alphabétiques. »

Pour nous, la référence, le « médiateur » était Jean-Pierre Changeux :

« En parallèle, une différenciation des hémisphères se produit : l’hémisphère droit dans l’analyse « iconique » ou pictogène ; le gauche dans l’analyse computationnelle verbale et sémantique ».

Apprentissages :

Logique de l'appariement : Le

Le petit livre :

A partir d'ici : Le « passage » de la page 1 (*) du petit livre à la page 2 nous avait surpris. En haut de la page 2 (*), une courte phrase écrite :

从这里可以看出 :

… que Chine.in découpait et traduisait par :

« 从 (à partir d'...) », « 这里 (ici...) », « 可以看出 (on peut voir que :) ».

grandeurs

Cinématographie : Comme Joël Bellassen et François Julien, nous appartenions à cette génération difficilement qualifiable de l’« après-guerre », celle des « baby-boomers », la « génération-pivot ». Notre formation était celle des mathématiques, du technique et des sciences. Nos grandes images étaient d'abord celles de la B.D. et du cinéma.

Cinquante ans plus tard, nous nous demandions encore que penser, de la vie, du langage, de nous-même. Nous avions depuis longtemps remarqué que notre formation mathématique et technique nous mettait à l’abri des confusions habituelles entre les certitudes provenant de la pratique d’un langage logique et l'usage du chiffre. Du même mouvement, nous avions dû accepter notre ignorance, notre maladresse à lire et à penser le contradictoire.

puis cette « capture d’écran », un copié-volé au film « Le maître d’armes » de Ronny Yu avec Jet Li...

taiqi

Géométrie descriptive :

La pointe : Aucune parole n'était nécessaire : (*).

balanced

François Cheng nous invitait à faire de ce vide de l’entre-deux une source, une ressource (*) à interroger ce qui n’était peut-être encore qu’un murmure, l’écho de nos souvenirs...

taiqi




Ce fut là, dans ce « laps d’espace », le moment où s’est « insérée » notre décision : ne plus espérer « lire » ces auteurs savants en attendant (en espérant) l’instant de grâce « c’est bien ce que je pensais... ». Utiliser nos mots, notre langage, nos propres « formulations »... Oser traduire.

Entre nous : Nous sommes, incontestablement, vous (*) et nous des « usagers de l'espace ».

, François Jullien nous l'indiquait, au cœur de ce que appelait le dispositif : le souffle, l’énergie, la force, le potentiel, le shi... En première page, en « Introduction », ces premières lignes :





Nous étions une génération en voie de disparition. Cet effacement progressif n’avait rien d’inquiétant, il n’était que la conséquence de nos particularités : être nés en 1943, en province, avoir suivi les « orientations » scolaires de cette époque, avant d’être nommé (et même « certifié »), en 1970 professeur de mathématiques. Il nous était alors demandé de « prendre en charge » un enseignement des mathématiques marqué par une ambition : la continuité, un même langage, les mêmes noms pour les mêmes concepts, de la maternelle à l’université.

PROPENSION n.f. est emprunté (1528) au latin propensio,-onis « penchant », dérivé du supin propensum de propendere « être penché en avant », au figuré « pencher vers, avoir une tendance à », de pro « en avant » (→ pour, pro-) et de pendere (→ pendre).•Le mot a été repris avec le sens du latin « tendance naturelle ». De nos jours, il est surtout employé avec la proposition à introduisant un complément (nom ou infinitif), plus rarement pour ou vers. Il est courant en parlant d’une personne, plus rare en parlant d’une chose. [...] (Le Robert Dictionnaire historique de la langue française).[...] (Le Robert Dictionnaire historique de la langue française)

Un plaisir. Le vide de « l’entre deux » était devenu un espace médian, celui de la recherche, du souffle, le souffle du Tao, celui que François Cheng associait à l’éclair se détachant du nuage, le « Souffle du Vide-médian » qui passe « entre » les entités vivantes (*) [...] (*) [...]. Un moment de ré(re)création. Prendre (reprendre) en main nos idées, nos pensées, des moments de notre vie...

La « disposition des choses », « penser » les choses, mais ...

Le dispositif : Devant nous, face à nous, à découvert comme annoncé : « l’inouï », cet « inouï de la parole que le langage recouvre » (*). Dans notre main, ouvert, L’un des nombreux livres de François Jullien : « La propension des choses ». En première page, en Introduction ...

Tourner la page : Nous pouvons maintenant reprendre la lecture de notre petit livre et revenir à notre surprise lorsque nous avons tourné la première page, la page 1 (*) :

grandeurs

La première ligne, en haut de la page 2 (*) :

从这里可以看出 :

avait manifestement pour fonction de marquer, d'annoncer ce changement :

entredeux

Une médiation : Georges Perec nous proposait de le suivre (nous, vous*) « à l’extérieur de nous », dans l’espace, dans « ce au milieu de quoi nous nous déplaçons, le milieu ambiant, l’espace alentour. ». Pourrions-nous, saurions-nous « [...] à partir de [quelques] constatations élémentaires [...] », développer quelques remarques. Pourrions-nous surtout oser « les écrire », écrire un (notre) « Journal d’un usager de l’espace »...

Le monde en vrai : L’œuvre de François Jullien était impressionnante, intimidante. Elle ne se prêtait pas facilement à ce qui, peu à peu, nous était devenu habituel : une démarche, notre démarche, celle de notre recherche. De livre en livre, de lecture en lecture, quelques points de repère s’imposaient, se révélaient peu à peu comme émergeants de cette étendue, de cette richesse. Nous voulions suivre une démarche, François Jullien nous offrait des exemples de cheminements d'une pensée.

Les Maîtres mots :

Montagne(s)-eau(x) : "La grande image n'a pas de forme"... François Julien nous présente une recherche « [tentée] à partir de la riche littérature critique que les lettrés chinois, sur près de deux millénaires, ont consacrée à la peinture. ». Cependant, en remplaçant ce mot par celui de « cadre » nous nous rassurons assez pour reprendre notre lecture et « plonger dans l’indifférencié, dans ce qui n’est pas assignable ni non plus représentable, ne peut donc avoir la consistance d’un ensoi, se contituer d’« être » et, Gegenstand, se « tenir devant » - découpant ses arêtes – l’Œil ou l’Esprit ; [ce] dont nous faisons sans fin l’expérience nous reconduisant à l’indéfinition du foncier, [...] »

SOURCE
La source, c’est bien phoniquement cet élément liquide qui sourd du sol et qui coule. Qui épouse toutes les aspérités du terrain en l’ourlant. Qui n’a de cesse de se murmurer sourdement et de se répondre en écho (-S, -CE).
NUAGE
Le nuage est un élément important dans l’imaginaire chinois, d’après lequel il constitue un chaînon dans le processus de transformation universelle. Le titre de notre recueil poétique Entre source et nuage signifie ceci : d’une façon générale, une source qui coule en sens unique symbolise le temps irréversible, penseurs et poètes n’oublient pas que l’eau de cette source s’évapore au fur à mesure ; montée vers les hauteurs, elle se transforme en nuage puis retombe en pluie pour ré-alimenter l’eau. Ainsi la « linéarité terrestre » est sans cesse rompue par un invisible cercle terre-ciel, qui incarne le vrai ordre de la vie. Pour faire sentir cette substance qu’est le nuage, à la fois terrestre et céleste, matérielle et aérienne, le mot français, avec sa prononciation pleine de nuances – un mot beau et proche – est plus qu’efficace. Ce son du début, -NU, qui, avec légèreté, s’amasse, puis s’élargit doucement et finit par s’évanouir dans l’espace. Par ailleurs, je sais gré à Mallarmé d’avoir, dans le poème « A l’accablante nue... », si magistralement combiné le double sens du mot « nue ». Faire fusionner le corps féminin et la nuée, les plaçant ainsi dans l’infini de la métamorphose, a de quoi toucher un esprit chinois, puisque de tout temps « nue » et « nuée » sont associés dans l’expression poétique chinoise. On y use de l’expression « nuage-pluie » pour désigner l’acte charnel.